So Watt ! Du design dans l’énergie

, par François Dugny

Jusqu'au lundi 10 septembre 2007

Protection de la planète oblige, chacun est aujourd’hui invité à modérer sa consommation d’électricité. Problème : cette énergie étant invisible et ultra banalisée, on a tendance à ne pas y prêter attention. Pour sensibiliser malgré tout le public à cet impératif environnemental, EDF a décidé d’organiser une exposition qui « donnerait à voir » l’électri­cité. Son nom : So Watt ! Du ­design dans l’énergie. L’espace EDF Electra invite donc les designers à réfléchir sur la problématique de la consommation et du gaspillage d’énergie face à l’invisibilité de celle ci. Design au service de l’écologie, les propositions des designers ouvrent de nouveaux rapports entre l’objet électrique et le consommateur : Matérialisation de la consommation énergétique, radios ou lampes de poches produisant leur propre carburant, objets mutant en fonction de leur consommation.
Une trentaine de designers internationaux, parmi lesquels Positive Flow, Solarlab, Bless, les Radi designers, les 5.5 designers ou encore STATIC ! y exposeront le fruit de leurs réflexions. « Les ­prototypes et projets présentés conduisent le consommateur à se réapproprier l’énergie qui lui est essentielle mais qui lui est devenue indifférente », confirme Élisabeth Delorme, déléguée au mécénat et partenariats d’EDF.

Entre autres objets, on pourra découvrir des câbles d’alimentation électriques transformés en accessoires décoratifs, des « écussons domestiques » permettant d’habiller les interrupteurs et autres prises électriques, un lampion solaire constitué de 36 minipanneaux (notre photo), ou encore un sac à main intégrant des cellules photovoltaïques afin de recharger téléphones portables et lecteurs MP3. Ingénieux également, les lampadaires éoliens pour éclairer les plages, la multiprise lumineuse « power-aware cord », dont l’intensité varie selon sa consommation de watts, ou encore « la flower lamp », qui s’ouvre lorsque l’on est économe en énergie et se referme quand on en dépense trop. Ou comment alléger sa facture d’électricité en remplaçant la contrainte par le plaisir...